mardi 1 novembre 2016

Spectres familiers

Bonjour, à l'occasion des fêtes d'Halloween et de la Toussaint, nous allons retrouver la littérature jeunesse pour parler d'histoires de fantômes, les spectres étant à l'honneur en cette période d'hommage aux morts. Les légendes au sujet des esprits nous rappellent que la mort fait partie de la vie, et que les défunts sont parfois moins éloignés de nous que l'on pourrait le croire. Les revenants, qu'ils soient terrifiants, comiques, mélancoliques ou apaisés, peuvent chambouler d'un instant à l'autre l'existence des vivants par leurs revendications pas toujours très nettement exprimées !
Le fantôme de Thomas Kempe/The Ghost of Thomas Kempe de Penelope Lively, roman paru en 1976, met en scène une chasse au fantôme dans une paisible banlieue anglaise.
Le jeune James, ses parents et sa sœur viennent de s'installer dans une ancienne maison nouvellement restaurée. Très vite des incidents étranges s'y multiplient, portes qui claquent, courants d'air troublants, objets qui se déplacent, etc. Ces faits sont vite imputés à James, connu pour son tempérament facétieux, qui a, cette fois, bien du mal à prouver son innocence. Ce n'est tout de même pas lui qui a pu rédiger ces surprenants messages, disséminés ça et là, écrits d'une plume que l'on dirait issue de la Renaissance et signés d'un certain Thomas Kempe... Aidé par sa voisine, la vieille veuve Verity et d'autres complices, dont un exorciste, James se met à la recherche du revenant. La découverte d'un vieux journal oublié depuis des lustres, rédigé par un petit garçon qui aurait vécu dans sa demeure longtemps auparavant et rencontré le spectre, lui apportera certaines révélations qui permettront à terme au fantôme de Thomas Kempe, érudit bougon, amateur de fines plaisanteries, de réintégrer son caveau, avec sa pipe et son chapeau. Je conseille ce charmant petit roman, rédigé avec un humour et une vivacité tous britanniques à tous les publics dès l'âge de neuf ou dix ans.

Fantômes/Ghosts de Raina Telgemeier, paru en France en octobre 2016, est une belle bande-dessinée fantastique qui aborde avec justesse les thèmes de la mort et de la maladie.
Catrina, onze ans, vient d’emménager avec sa famille à Bahia de la Luna sur la côte californienne réputée pour son air pur et vivifiant qui serait bénéfique à Maya, sa petite sœur atteinte de la mucoviscidose. La ville qui abrite une important communauté hispanique est également réputée pour sa célébration du jour des morts, que l'on veut joyeuse et colorée en Amérique latine. Un endroit parfait pour les personnes à la santé délicate et les amateurs de fantômes, car dans cette bourgade ceux-ci vont et viennent parmi les vivants, sans que leur présence provoque d'étonnement ou de gène.
Si l’exubérante petite Maya se fait très vite à sa nouvelle vie, ce n'est pas le cas de Catrina qui ne parvient pas à accepter ces spectres familiers. Qui sont-ils ? Y-a-t-il parmi eux des membres de sa propre famille ? Elle s'inquiète également de leur influence sur la santé de sa cadette, leur souffle trop froid ne risquerait-il pas d'emporter le sien ? Il lui faudra du temps et du courage pour se confronter réellement aux revenants, accepter et s'émerveiller de leur présence et supporter le fait qu'un jour peut-être, Maya la quittera. Il résulte de cette histoire un bel album aux couleurs vives que je conseille à tous les publics à partir de la fin du primaire.
Terminons en musique avec une ritournelle de Brassens, à bientôt !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire