vendredi 4 mars 2016

Golems

Bonsoir, aujourd'hui retour à la mythologie, de toutes les légendes hébraïques, la plus illustre demeure celle du Golem. La tradition rapporte que ce géant d'argile peut être animé par l'écriture du verbe divin sur son corps. Sa principale mission est de protéger les populations juives des persécutions et autres mauvais coups du sort. De multiples versions de ce mythe ont vu le jour au fil des époques, nous en examinerons deux, assez récentes. Le Golem court roman de l'écrivain Isaac Bashevis Singer, juif polonais devenu américain, paru en 1969, est une émouvante et humoristique fable philosophique pour la jeunesse. Que se passe-t-il lorsqu'un golem veut devenir homme ? 
Au seizième siècle dans la ville de Prague, le comte Jan Bratislawski, ruiné par l'excès d'alcool et de jeu, ourdi un plan diabolique pour s'approprier les biens de son épouse défunte laissés en héritage à leur petite fille. Soudoyant quelques sbires, il fait accuser Reb Eliezer, son banquier, d'avoir tué l'enfant lors d'un sacrifice rituel et, faute de soutien face à l'antisémitisme des jurés, le malheureux est jeté en prison. Eliezer sera innocenté grâce au Rabbi Leib. Celui-ci a en effet reçu la visite d'un ange sur les conseils duquel il a créé un golem qui délivrera de la prison où on maintenait cachée la petite fille prétendument assassinée. Une fois sa mission accomplie, le géant d'argile prénommé Joseph aurait du redevenir poussière. Cependant, animé d'une grande curiosité et de sentiments Joseph ne se résout pas à disparaître ou n'occuper qu'une place de serviteur et se rebelle peu à peu contre son créateur. Il cherche du travail, une maison, tombe amoureux mais ne peut, en dépit de son humanité naissante, échapper à son destin... Je conseillerai ce très joli conte à tous les publics dès l'âge de huit ou dix ans. En bonus, pour les amateurs de bulles, voici une version en bande-dessinée réalisée il y a plusieurs années par le dessinateur Joann Sfar pour le magazine "Je Bouquine" !

Le silence de Malka, bande-dessinée scénarisée par Jorge Zentner et illustrée par Ruben Pellejero, publiée en 1996, reprend le mythe du Golem dans une tonalité plus fantastique, incluant la magie dans un contexte historique réaliste.
Au début du vingtième siècle, la petite Malka et toute sa famille quittent la Russie, fuyant les pogroms et la misère, pour s'installer en Argentine où le gouvernement a promis aux nouveaux immigrants de riches terres à cultiver et un meilleur avenir. Cette terre promise s'avère cependant tout aussi ingrate et peu généreuse que celle qu'ils ont quitté. C'est ainsi qu'un soir, par une nuit d'orage, Zélik, l'oncle de Malka est abordé par un étrange personnage se présentant comme le prophète Elias qui lui conseille de créer un golem, capable de travailler comme dix hommes et de l'aider à se sortir de la nécessité. Le Golem ainsi créé, grand homme mutique et serviable, devient une aide précieuse pour la petite communauté jusqu'à ce qu'une de leurs voisines, petite-fille de guérisseuse amoureuse du golem et ignorant tout de sa véritable nature, décide d'user des pouvoirs de sa grand-mère pour s'en faire aimer. Le croisement des deux magies produira des conséquences néfastes que seule Malka devenue adulte, sera à même d'arrêter des années plus tard. Je conseillerai cette très belle bande-dessinée à tous les publics dès le collège. Le dessin semi-réaliste très travaillés, qui alterne avec bonheur tonalités chaudes et froides et le récit émouvant et maîtrisé qui s'inspire à la fois de la jeunesse de la grand-mère de Zentner et de la mythologie juive en font un véritable bonheur de lecture.
Terminons par une belle mélopée, à bientôt !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire