samedi 30 juillet 2016

Saisons et métamorphoses

Bonsoir, avant de laisser le blog en suspens pour un mois de vacances d'été, voici un bref retour à quelques productions pour la jeunesse abordant les thèmes de la métamorphose, du voyage et des grandes étapes de l'existence à travers d'agréables fictions peuplées d'animaux.
Que devient Dame Chenille/The Caterpillar and the Polliwog de Jack Kent, album paru en France en 1988, est le récit tendre et humoristique d'une double métamorphose zoologique.
Une jeune chenille, habitant au abords d'un étang, très pressée de grandir et d'accomplir son destin de papillon, se vante de sa prochaine métamorphose auprès de toutes les autres petites bêtes qu'elle croise. Celles-ci n'en ont cure ce qui blesse durement sa fierté. Elle fait cependant un jour la connaissance d'un têtard qui, au contraire, s’intéresse d'autant plus à sa métamorphose qu'il doit lui aussi en accomplir une pour parvenir à l'âge adulte, même s'il ignore encore quel genre d'animal il est destiné à être. Pourquoi pas un papillon, qui sait ? La chenille lui propose alors d'observer les étapes de sa propre transformation pour se faire une idée du chemin à parcourir. Le têtard contemple ainsi sa compagne construire son cocon et s'enfoncer dans de longues semaines de sommeil, tandis que lui-même sans s'en rendre compte, grandit et prend une forme inédite... Je conseille ce charmant album à l'histoire prenante et aux dessins ronds et expressifs à tous les publics dès la maternelle, idéal pour une leçon de biologie sur les métamorphoses naturelles !
Un autre parcours, et diverses métamorphoses nous sont contés dans La Tortue rouge, superbe film d'animation réalisé par Michaël Dudok de Wit - avec la participation des studios Ghibli - sorti ce mois-ci en France.
Le récit s'ouvre sur une nuit de tempête en pleine mer, les flots en furie malmène un jeune homme tombé de son embarcation jusqu'à le rejeter sur le rivage d'une petite île déserte tropicale. Au lever du jour, notre naufragé explore son nouveau territoire et tente d'y organiser sa survie le temps de se construire un radeau assez solide pour lui permettre de rejoindre la civilisation. Peine perdue, par trois fois ses navires de fortune sont détruits par une immense tortue à la carapace rouge qui semble veiller sur lui et l'intégrité de l'île, tout comme une escouade de petits crabes malicieux trottant toujours à sa suite. D'ennemie, la tortue devient peu à peu compagne et alliée dont la présence enclenche une série de péripéties que je me garderai de vous décrire afin de ne pas gâcher la surprise. L'intrigue est simple, les saisons d'une vie - amour, naissance, vieillesse et séparation - défilent sur le bout de terre isolé devenu le refuge d'une famille après avoir été une prison. Les éléments tout-puissants dictent leur loi et les habitants, humains et animaux, doivent s'accoutumer à leurs caprices aussi bien qu'à la beauté de leur cadre de vie. Je conseille vivement ce film d'une grande beauté à tous les publics dès l'âge de sept ou huit ans. Entièrement muette, cette robinsonnade onirique est une suite de magnifiques tableaux - le traitement des matières et des lumières est exceptionnel - formant un conte à portée universelle, une merveille à découvrir !
Terminons par une musique invitant au voyage, je vous souhaite un bel été, nous nous retrouverons en septembre pour de nouvelles découvertes !

2 commentaires: