jeudi 2 juin 2016

Toiles de pluie

Bonjour, sur Paris il fait gris et pluvieux depuis deux bonnes semaines, aujourd'hui courte note picturale sur représentation de la pluie en Île-de-France et ailleurs, en attendant le retour de meilleurs jours. Commençons par cette Rue de Paris; temps de pluie œuvre réalisée en 1877 par Gustave Caillebotte (1848-1894) peintre impressionniste, mécène et collectionneur passionné. Le tableau reproduit avec précision tout en conservant le flou cher aux impressionnistes le tracé des grands boulevards haussmanniens ainsi que la lumière rase scintillante sur les pavés mouillés.
Poursuivons avec un tableau de William Turner (1775-1851), peintre, aquarelliste et graveur britannique célèbre pour son traitement particulièrement novateur de la lumière. Pluie, Vapeur et Vitesse/Le Grand Chemin de Fer de l’Ouest, ou  Rain, Steam and Speed/The Great Western Railway en version originale anglaise est un tableau réalisé en 1844. La toile capture un bref instantané de voyage, une locomotive lancée à toute allure à travers un paysage de campagne brouillé par la pluie. L'engin est enveloppé par sa propre fumée et semble se dissoudre dans sa vitesse, métaphore du progrès qui, en ce siècle d'industrialisation envahit des ères rurales immuables depuis des siècles ?
Autre tableau de vie parisienne, La Demoiselle de Victor Gabriel Gilbert (1847-1933), œuvre non datée réalisée vers la fin du dix-neuvième siècle. Scène de promenade sous la pluie sur un boulevard luisant d'humidité, la jeune femme représentée avance malgré tout d'un air conquérant, tenant son parapluie contre elle. Gilbert est surtout connu pour ses scènes du quotidien, il a notamment peint de nombreuses œuvres représentant les rues de Paris, les marchés de plein air, les ateliers et le labeur des petites gens. Il est également célèbre pour ses portraits d'enfants.
Terminons par un extrait torride et baveux du film Microcosmos de Claude Nuridsany et Marie Perennou, chant interprété par Marie Kobayashi, à très bientôt !

2 commentaires:

  1. Le Faux Parisien25/6/16 01:57

    Ces images sont emplies d'un spleen baudelairien que seule la pluie peut offrir aux rêveurs nostalgiques. Merci pour ces images !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, bonne journée à toi !

      Supprimer