samedi 20 juillet 2013

Scènes d'été

Bonjour, cette semaine rapide présentation de deux livres très rêveurs, à l'atmosphère estivale, sensuelle et méditative. 
L'éveil de l'écrivaine américaine Kate Chopin (1850-1904), The awakening en anglais, fut publié pour la première fois en 1899.  L'action se déroule en Louisiane à la fin du dix-neuvième siècle, de la fin d'un été au commencement d'un autre. Neuf mois pour conter l'émancipation, d'une femme dans une société corsetée par les apparences. Edna Pontellier, habitante de la Nouvelle-Orléans, est mariée à un homme raisonnable sans idéal, mère de deux jeunes enfants, femme d'intérieur dévouée et membre de la bonne société jusqu'à ce qu'un été, ce vernis se fissure. Poussée par diverses rencontres, Edna découvre sa créativité, son besoin d'indépendance et de se démarquer des stéréotypes dans lesquels son milieu enferme les femmes, la maîtresse demi-mondaine, la parfaite mère de famille, la célibataire artiste... La nature, la mer, le vent, l'atmosphère moite des bayous ainsi que l'art et plus particulièrement la musique sont omniprésents dans le récit et composent une ambiance chaleureuse et oppressante qui enveloppe l'héroïne et les autres membres de la communauté dont elle s'affranchit peu à peu. Jusqu'à la chute que je ne vous révèle pas pour préserver l'intérêt du récit qui donne tout son sens à cette histoire d'éveil, de renaissance.
Paradis terrestre par Pierre Bonnard (1920)
Sirène, la très belle bd de Daphné Collignon, sortie ce mois de mai, raconte également le tournant dans la vie d'une femme.  
Magda, jeune trentenaire artiste et bohème, séjournant depuis quelques années au Maroc se découvre enceinte. Cet évènement inattendu la pousse à partir en voyage à travers le pays pour prendre le temps de réfléchir, savoir que faire de cette grossesse, de sa relation avec son amant et de ses propres désirs contradictoires, entre l'envie de s'installer et celle de conserver sa liberté de mouvement. Elle est suivit dans son périple par une jeune fille muette, rencontrée sur une plage, semblant perdue, venue de nulle part, comme sortie des eaux. D'abord discrète, la jeune fille se fait de plus en plus présente au fil de la progression du récit jusqu'au point d'orgue lorsque Magda trouvera enfin sa voie. Cet ouvrage alterne différents types de narration - bulles et cases classiques, extraits de carnets - et plusieurs techniques picturales. Le résultat entre conte initiatique et récit du quotidien est très sensible et superbe. Mention spéciale à certaines pages oniriques mêlant divers symboles, plages de couleurs et une magnifique calligraphie. A lire et contempler longuement, on ne se lasse pas de ces images !   
Terminons sur un duo à la guitare, la semaine prochaine nouvelle note sur les mythes, puis le blog sera en pause pour quelques semaines de vacances.
A bientôt ! 

3 commentaires:

  1. Pénélope5/8/13 00:26

    Bonjour. Puisqu'il est question d'émancipation féminine et puisque malgré tout le mariage se porte bien, permettez-moi un peu d'humour. Conseil à une jeune femme voulant se marier avec un homme: lorsqu'il t'invitera chez lui, ne te laisse pas attendrir par le désordre que peut-être tu trouveras dans son appartement, car tu pourrais te dire que des mains féminines sauraient le transformer en un charmant petit nid. Non! regarde plutôt dans le garage. Si tu y trouves un amoncellement de papiers, sacs plastiques errants,outils divers en double ou triple exemplaires, épars dans des paniers ou en vrac sur diverses étagères où une chatte ne trouverait pas ses petits, fuis au plus vite car c'est un feignant, qui plus est, qui t'imposera son désordre jusque dans la maison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. De toute façon, il est parfaitement insensé de songer à épouser quelqu'un avant d'avoir cohabité un minimum de temps sur le même territoire :)

      Supprimer