vendredi 21 juin 2013

Soeurs des ours

Bonjour, les controverses historiques nourrissent souvent la politique actuelle, dernièrement le sujet des massacres commis en Vendée durant la période révolutionnaire a été remis sur le tapis lors d'une visite diplomatique à l'occasion d'une commémoration.
Cet article montre avec pertinence la complexité à juger des événements historiques et leurs répercussions même plusieurs siècles après. Sans parler des faits les plus importants, la grande histoire en engendrent parfois de petits, très singuliers. En témoigne ce livre-enquête, La femme sauvage, sorti en 2011, rédigé par Michel Gardère au sujet d'un étrange fait-divers qui alimenta durablement les légendes des Pyrénées. 
Un jour d'été 1807, dans la vallée du Vicdessos au pied du Montcalm, un sommet des Pyrénées ariègeoises, deux braconniers entrevirent une silhouette humaine accompagnant un ou plusieurs ours. Une grande femme mince entièrement nue, longue chevelure blonde et peau tannée de soleil qui prit la fuite dès qu'elle aperçut les chasseurs sans pouvoir être rattrapée. L'enquête démontra qu'elle avait déjà été vue à plusieurs reprises. Les superstitions locales la décrivaient comme une fée fiancée aux ours, les légendes sur les hommes sauvages étant particulièrement répandues dans les Pyrénées. On organisa une battue et, la "Folle du Montcalm" comme on allait la surnommer, fut finalement capturée après une longue traque. Elle refusait tout contact, ne supportait pas les vêtements et, interrogée, ne prononça que quelques phrases incohérentes dans un français aristocratique chose rare dans une région parlant majoritairement l'occitan. La femme sauvage s'évada et fut retrouvée à plusieurs reprises avant de mourir emprisonnée. De ses rares paroles, on déduisit qu'elle aurait été l'épouse d'un aristocrate exilé en Espagne après la révolution. Désireux de retourner en France, ils furent victimes de malandrins qui trucidèrent le mari et violèrent la femme, la laissant pour morte. Encore aujourd'hui nul ne sait exactement comment elle réussit à survivre seule dans la montagne.

Probablement inspirée par cette histoire et les nombreux mythes sur les hommes-ours, cette jolie bd Pyrénée sortie en 1998, scénarisée par Régis Loisel, illustrée par Philippe Sternis.
Un soir d'incendie dans une petite ville de montagne, un ours de cirque se sauve d'un chapiteau en feu, au petite matin parmi les décombres, il tombe sur une petite fille seule auprès d'un corps de femme, un ours en peluche dans les bras. Des années plus tard l'enfant devenue adolescente vit toujours auprès de l'ours qui l'a baptisée "Pyrénée" en hommage aux montagnes au coeur desquelles ils ont trouvé refuge. Pyrénée vit au milieu des animaux et pense en être un comme un autre, apprenant à chasser, pêcher et s'orienter dans son territoire. C'est une sorte de Livre de la jungle transposé sous nos latitudes, Pyrénée souhaite devenir une ourse pour rester auprès de son protecteur, mais celui-ci ayant trouvé une compagne lui fait comprendre que son destin est de rejoindre le monde des hommes. L'adolescente pars donc à la recherche de son identité et de ses semblables, secondée par un aigle philosophe qui parachève son instruction. Cela donne un récit initiatique poétique et efficace, illustré d'un trait rond et coloré très expressif, une histoire que je recommande aux grands enfants et aux adolescents.
Puisque c'est aujourd'hui le solstice d'été, terminons sur un morceau intitulé "danse du soleil", Sonnentanz en allemand, rendez-vous la semaine prochaine pour des aventures préhistoriques !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire