dimanche 20 janvier 2013

Modernité

Bonjour, il paraît que la France est en guerre, en tout cas c'est ce que titrent certains articles de journaux. Le plus curieux c'est que ce n'est pas de l'intervention au Mali dont il est question, d'ailleurs aucune radio n'aura l'idée de vous expliquer clairement les tenants et aboutissants de cette complexe affaire. La plupart des gens s'en moquent donc et préfèrent passer des heures à disserter sur le mariage homosexuel - c'est ça la soi-disant guerre civile. 
Il faut croire que certaines mutations sociologiques passent vraiment mal, il est dommages qu'en de pareilles occasions, la plupart des gens se braquent dans des formules du style "c'était le bon temps, cette génération est perdue" ou "il faut aller dans le sens du progrès, vous êtes de vieux réacs", sans prendre le temps de réfléchir et voir ce qu'il y a de positif ou de critiquable dans ces évolutions. En l'occurrence, le mariage n'est plus l'union de deux familles, mais de deux êtres qui se sont librement choisis - enfin librement avec tous leurs déterminismes familiaux et sociaux !
Je me suis amusée pour la note d'aujourd'hui à exposer des reprises de célèbres tableaux et leurs modèles originaux à travers lesquels des artistes ont interrogés les mutations du monde actuel. Anna Utopia Giordano dans sa série Venus project a modelé des tableaux de différentes époques représentant la déesse de l'amour selon les canons de beauté féminine contemporains, hanches étroites, ventre plat et poitrine haute. Ceux-ci contrastent fortement avec ceux du dix-neuvième siècle par exemple où l'on privilégiait plutôt l'aspect maternel du corps féminin comme le montre ce tableau de Cabanel peint en 1863.
Et vous, laquelle des deux préférez-vous ?
La série entière sur http://www.annautopiagiordano.it/venus-ita.html
Le tableau d'Edward Hopper Nighthawks/Les noctambules peint en 1942 a été repris en 2009 par Joshua Ellington sous le titre Wi-fi Diner pour illustrer la technicisation des lieux de rencontre, notamment des bars où l'on vient maintenant autant pour discuter et consommer que pour se connecter au web.
Début 2011, la comédienne chinoise Tao Fei Fei a publié une série de photos replaçant des tableaux classiques dans un contexte de dévastation ou de pollution humaine afin de sensibiliser le public à la cause environnementale. Ci-dessous Le déjeuner sur l'herbe de Manet, peint en 1863 au sein d'une verte forêt et sa version moderne dans un chantier au coeur d'une métropole grise de fumées et de déchets. 

Pour conclure, un petit test, réponse la semaine prochaine. Quel tableau est parodié dans cette case de bd issue d'Astérix ?
Et un extrait live de Daybreak de Michael Haggins, les bons morceaux de jazz sont toujours d'actualité.  
Dans le courant de la semaine prochaine, j'ouvrirai sans doute une page facebook qui rassemblera d'autres informations en lien avec les thématiques du blog et des bonus que je ne peux poster ici,
à très bientôt !

2 commentaires:

  1. Fastoche le test:"Le rat d'eau de la B12" aurait dit Gottlieb dans la Rubrique à brac!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un clin d'oeil, pas étudié pour être très compliqué :)

      Supprimer