mercredi 28 novembre 2012

Salade, tomates, oignons

Bonsoir, parmi les aspects de la vie les plus basiques, s'il en est un sur lequel à peu près personne ne parvient à s'entendre, c'est bien l'alimentation. Quand on organise un repas avec un groupe d'amis, il vaut mieux s'être bien renseigné sur les habitudes de chacun en la matière car entre les goûts, préférences, intolérances, allergies, régimes et idéologies de tout un chacun, il peut être vite très compliqué de trouver un plat qui satisfasse toute la tablée.
Surtout qu'en règle générale, s'il ne s'agit pas d'une réunion de copains devant un film-jeu-vidéo-jeu-de-rôle durant laquelle on peut sans remord se gaver de pizzas, chips et autres amuses-gueules gras, lourds et salés, on essaye de préparer quelque chose d'assez sain, riche en fibres et équilibré. Idem pour soi, d'ailleurs. La tentation est grande lorsque vous vivez seul et que la cuisine n'est pas votre tasse de thé d'envoyer paître les conseils diététiques avec les conseils sur la mode, le sexe, le maquillage et le développement personnel censés faire de votre vie un éternel champs de pétales de roses.     
Mais bon, comme cette désinvolture m'a valu une carence en fer, j'y fait un peu plus attention et essaye de m'instruire en ce domaine. Il y a mille cas de figures différents. Il en est qui, pour des raisons de santé, ne peuvent absorber de lait de vaches ou des produits contenant du lactose et compensent avec du lait de riz, de soja ou de chèvre, d'autres à qui le chocolat donne des douleurs au foie, d'autres, végétariens, qui pour différentes raisons s'abstiennent de manger de la viande et du poissons, et compensent avec des lentilles, pois chiches, et autres aliments riches en protéines. Il y a aussi les végétaliens qui ne mangent aucun produit d'origines animales et doivent probablement compenser avec moult compléments, parce qu'il est quand même difficile de compenser le calcium d'un verre de lait par un kilo de chou par exemple. Et puis, comme toujours en regardant sur internet, on trouve un ou deux rigolos affirmant connaître un gars ne se nourrissant que de lumière par un procédé mystérieux ou autre fadaise du même genre. Parce que si c'est vrai, le type en question est soit une plante verte humanoïde extraterrestre soit le résultat d'une expérience génétique stupide, je ne vois pas trop d'autres possibilités ^^
extrait de Cosmik Roger par Mo/CDM
En réalité, quel que soit le régime que l'on choisit selon ses goûts et moyens, on a toutes les raisons d'être en bonne santé si l'on respecte les apports en nutriments et la quantité de nourriture nécessaires au corps humain, mais il ne faut pas oublier le coût de la qualité. En Allemagne, des copines m'ont amenée au restaurant végétarien, j'ai pu gouter des plats délicieux, mille fois plus sains et bourrés de vitamines que ceux du kebab du coin et dotés de surcroit de jolies teintes. Bon, mais le prix, lui aussi, était très joli, ce qui explique que je sois retournée beaucoup plus souvent au kebab du coin et que la majorité des gens n'aient pas les moyens d'acheter de la nourriture garantie sans trop d'hormones, pesticides et plastifiants.
La nourriture est un sujet très politique, notamment en ce qui concerne l'écologie, comment nourrir la population en respectant l'équilibre de la planète, comment traiter les animaux destinés à être mangés, etc. Manger n'est plus considéré par certains comme un acte anodin.

Un bon conseil, allez voir la suite de cette websérie et d'autres bonnes vidéos, disponibles sur Frenchnerd
 
L'élevage et la consommation d'animaux suscitant de vifs débats, je l'ai un peu étudié et vous posterais une note sur les relations entre monde humain
et monde animal dans deux-trois semaines, vous saurez tout sur l'excommunication des chenilles
et autres sujets passionnants, bonne semaine !
 

3 commentaires:

  1. Ah-ah, j'attends le prochain "numéro" avec impatience. Je savais qu'on faisait jadis comparaître devant un tribunal (et condamner)un boeuf ayant encorné un homme, mais je ne savais pas que l'on eût excommunié des chenilles!

    RépondreSupprimer
  2. Incomprise10/1/13 04:02

    Il est sans doute trop tard pour écrire ici, mais comme il y est question de nourriture, il faut que je m'y exprime en tant que cuisinière. J'aime faire la cuisine à condition que ceux pour qui je la fais apprécient mon travail!Comment qualifieriez -vous une personne qui systématiquement ajoute de la moutarde dans son assiette à tous les plats de viande que je lui prépare? Est-il possible d'apprécier la finesse de la daube provençale, la touche délicate du parfum donné à la sauce par le zeste d'orange, si on mange cette viande avec de la moutarde? Je ne sais si vous aimez manger de bonnes choses, mais j'aimerais votre réaction...Cet homme est à tout le moins, un grossier personnage non? Je lui ai expliqué ce que signifiait selon moi cette moutarde, il dit que je suis parano...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez les goûts et les couleurs en matière de nutrition c'est très personnel et très difficile à changer. Je ne connais pas la personne dont vous parlez mais il est sans doute habitué à manger très relevé, ne prenez pas sa moutarde pour une offense. Enfin, à part s'il critique gratuitement votre cuisine sans respect pour votre travail.

      Supprimer